Dar fait face à la tâche difficile de débloquer 1 milliard de dollars de prêts de la Banque mondiale

Meta description

L’ISLAMA MAUVAIS :

Le Pakistan a assuré samedi à la Banque mondiale qu’il mettrait en œuvre des mesures antérieures pour plus d’un milliard de dollars de prêts d’appui budgétaire en temps opportun, car le pays ne parvient pas à établir un consensus entre toutes les parties prenantes nationales et réduit l’espace politique pour les mouvements difficiles.

L’engagement a été pris par le secrétaire au Trésor Ishaq Dar deux jours avant son départ pour Washington, où il devrait assister à une conférence de haut niveau en marge des assemblées annuelles de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI).

La conférence est co-présidée par le Groupe de la Banque mondiale et un membre clé du Groupe 7, le Royaume-Uni, dans le but d’apporter une aide financière mondiale aux personnes frappées par les inondations au Pakistan.

La conférence a été organisée avant la conférence internationale des donateurs, qui devrait se tenir à Paris et être accueillie par le président français, pour rassembler l’aide au Pakistan.

Dar a rencontré le directeur national de la BM, Najy Benhassine, et a discuté de ses prochaines réunions à Washington.

Cela inclut un entretien avec le président de la BM.

“Le secrétaire au Trésor a assuré Najy Benhassine et son équipe qu’ils adhèrent aux actions préalables pour l’achèvement des programmes dans les délais”, a déclaré le secrétaire au Trésor dans un communiqué à l’issue de la réunion.

Une audience avec le président de la Banque mondiale, David Malpass, pourrait aider à obtenir des concessions, mais la rencontre de Dar avec la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, reste provisoire jusqu’à présent en raison de problèmes de calendrier.

Le Pakistan vise l’approbation d’un deuxième prêt d’appui budgétaire de 450 millions de dollars des institutions résilientes pour une économie durable (RISE-II) d’ici janvier de l’année prochaine.

Il débloquera également un prêt de 450 millions de dollars de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB).

Le gouvernement a également prévu un deuxième prêt de 600 millions de dollars pour le programme d’énergie abordable et propre (PACE-II), mais s’attend à ce que cet argent soit versé plus tard au cours de l’exercice en raison des conditions difficiles en cause.

Cependant, la Banque mondiale fait pression pour mettre en œuvre simultanément les conditions précédentes de ces deux prêts, qui sont sévères et pourraient miner davantage le capital politique du gouvernement.

Les conditions du prêt RISE II sont basées sur le cadre fiscal et macroéconomique du pays, qui implique également les provinces. Le prêt PACE II vise à réduire les flux de dette circulaire en réduisant les coûts de production d’électricité, en décarbonant le bouquet énergétique, en améliorant l’efficacité de la distribution et en rééquilibrant les subventions à l’électricité.

Ces mesures seraient politiquement impopulaires.

Dans le cadre du PACE-II, le gouvernement précédent du PTI s’est engagé à rouvrir les accords d’achat d’électricité (AAE), y compris ceux signés avec la Chine. Mais des sources ont déclaré que la Banque mondiale pourrait donner un peu de temps pour mettre en œuvre cette condition, à condition que le Pakistan prenne d’autres mesures pour améliorer la santé financière des sociétés de distribution d’électricité et réduire la dette circulaire, qui atteindra 2,3 billions d’ici juin de cette année s’élevait à des roupies.

Le Pakistan doit au moins montrer son intention de réformer le secteur de l’énergie et prendre des mesures pour parvenir à un consensus sur l’intégration de la taxe de vente sur les biens et services – une tâche qui nécessite l’approbation du centre et des gouvernements provinciaux.

Les sources ont indiqué que si le gouvernement était en mesure de respecter les conditions d’intégration de la TPS et de certaines réformes du secteur de l’énergie, la Banque mondiale pourrait accepter de dissocier l’approbation de RISE-II et de PACE-II.

Le ministère des Finances prétend depuis longtemps que RISE-II est à un stade avancé, mais certaines actions sont toujours en attente.

La plus grande pierre d’achoppement sur la voie du prêt RISE II est l’absence de consensus entre le centre et les quatre gouvernements provinciaux sur l’harmonisation nationale de la TPS pour les biens et services.

Dar devrait présider une réunion du National Tax Council (NTC) lundi avant de se rendre à Washington pour sortir de l’impasse.

Cette fois, le problème vient du Bureau fédéral des contributions (FBR), qui n’accepte pas la définition de service.

Il existe toujours un désaccord sur la définition de ce qui constitue un bien et un service, car le FBR n’est pas disposé à accepter la proposition des provinces d’accepter la définition utilisée pour les codes du système harmonisé.

Le ministre des Finances a discuté des défis économiques auxquels le pays est actuellement confronté avec le patron local de la BM.

Il a déclaré que le gouvernement actuel est conscient de ces problèmes et prend des mesures pragmatiques pour éliminer les goulots d’étranglement à la croissance.

Benhassine a informé Dar de la future coopération de la Banque mondiale avec le Pakistan.

Il a informé le ministre des Finances que la Banque mondiale alloue 2 milliards de dollars de ses projets financés existants pour des opérations d’urgence dans les zones touchées par les inondations à l’appui du Pakistan.

Il a en outre informé Dar qu’environ 1,5 milliard de dollars de fonds seraient mobilisés cette année en raison de la situation d’urgence.

Benhassine a déclaré aux journalistes jeudi qu’il avait demandé au siège de la Banque mondiale d’anticiper le décaissement de la part pakistanaise des prêts concessionnels pour répondre aux besoins de financement supplémentaires.


Blog In 2021 joker0o xyz

Comments
No comments
Post a Comment



    Reading Mode :
    Font Size
    +
    16
    -
    lines height
    +
    2
    -